Maven, The evil

Maven ou le cauchemar des nomades à faible mémoire

Maven, c’est bien :

Mais maven, c’est le mal !

Les dépendances

Lorsque l’on souhaite utiliser une librairie, on l’ajoute dans le pom.xml de notre projet et Maven s’occupe d’aller la trouver, de la télécharger et de nous la mettre à disposition.

Pour rappel, maven télécharge la dépendance dans le dossier $M3_HOME/repository ou local.repository défini dans votre $M3_HOME/conf/settings.xml.

Simple. Efficace. À toute épreuve.

Pas vraiment.

L’espace disque

Une fois de temps en temps, vous pouvez être amené à vouloir supprimer votre repository local, ceci afin de grappiller quelques Mo (ou Go dans mon cas). Oui oui quelques Giga-octet.

Donc vous n’avez plus aucune dépendance. Pas un soucis, à votre prochaine commande mvn compile, Maven se charge de recharger toutes vos dépendances.

Les dépendances, le retour

Toutes ? NON ! Uniquement celle du projet courant !

On peut se dire

Oui, c’est normal, comment veut-tu qu’il connaisse toutes les dépendances dont tu as besoin?

ou

Bah, tu crois quoi ? Le cerveau, il est sensé être entre le clavier et la chaise, pas ailleurs !!

Oui oui tout ça c’est bien vrai. Mais parfois j’oublie…

Conséquence

J’ai un repository complet pour les projets sur lesquels je travaille en journée ou que j’ai ouvert récemment.

Pour les autres, dont celui que je me gardais pour mes 2h30 de train, et bien non. J’ai aucune dépendance nécessaire…

Donc au lieu de coder bien sagement dans le train, j’écris ces quelques lignes…

Bien à vous.

Comments